Nouvelle figure montante de la mode, le créateur sud-africain Thebe Magugu, lauréat à 26 ans du prix LVMH en septembre 2019, est un designer engagé, concerné et impliqué au quotidien par la cause des femmes, et sensible à la situation des enfants des townships de son pays.
Après avoir été parrain de l’opération Uniformes & Différences de Dessine l’Espoir en 2019, voilà une nouvelle histoire qui associe le styliste à l’association et à ses actions en Afrique australe: l’exposition et l’installation « Porte-Bonheurs, invité Thebe Magugu » au Bon Marché Rive Gauche, du 28 Aout au 20 Octobre 2021.


Un projet engagé


le grand magasin parisien a confié à l’association la réalisation de 20000 fleurs, imaginées par le styliste sud-africain et cousues à la main par 120 femmes soutenues par Dessine l’Espoir en Afrique du Sud et en Eswatini.

Une installation spectaculaire

Tel un pré fleuri en apesanteur, ces fleurs multicolores confectionnées en broches ont été piquées sur d’innombrables lianes, en suspension sous les deux verrières centrales du grand magasin pendant toute la durée de l’exposition.

Elles sont mises en vente dès aujourd’hui au profit de Dessine l’Espoir à 15 et 20 euros selon leur taille sur le site dédié: www.lesfleursdethebe.fr .


Réservez vite votre fleur et contribuez au financement du nouveau projet de l’association:
le Jardin des Savoir-Faire, en eswatini.

Mise en scène imaginée pour les deux verrières centrales du Bon Marché Rive Gauche, avec une double suspension cubique de 8000 fleurs chacune…

Délicatesse et générosité

Les fleurs ont été déclinées dans les sept couleurs de l’arc-en-ciel et en deux formats. Elles portent toutes l’étiquette signature de Thebe Magugu et 20% d’entre elles comprennent un pétale coupé dans un tissu imprimé du créateur. 

Ces fleurs singulières ont été conçues telles des « Porte-Bonheurs», qui, d’Eswatini et d’Afrique du Sud à Paris, portent avec générosité et délicatesse, un message de générosité, relayé par Véronique Sanson, marraine de l’association.




« Nous avons profondément à cœur de nous investir dans des œuvres philanthropiques, et c’est dans notre ADN que de le faire au travers du prisme de la mode », souligne Patrice Wagner, Président Directeur Général du Groupe Bon Marché.

ADN commun avec Dessine l’Espoir, qui avec son aventure « La Mode Dessine l’Espoir« , a jalonné ses 18 années d’existence de collaborations avec 80 créateurs, dont les plus grands noms de la mode.


Ci-dessus, les mots inscrits en fleurs dans les vitrines du Bon Marché Rive Gauche.

Un impact local considérable

Une activité génératrice de revenus pour les femmes


Plus qu’un geste artistique, l’installation « Porte-Bonheurs » de Thebe Magugu est le théâtre d’un formidable projet philanthropique. 120 femmes en situation de vulnérabilité, ont été associées à la réalisation des fleurs, dans quatre ateliers soutenus par l’association, deux en Eswatini à Pigg’s Peak et à Bulembu, et deux en Afrique du Sud à Roosboom et à Johannesburg.

La première phase , consistant à réaliser les 20000 fleurs, a constitué une formidable opportunité pour les 120 femmes associées au projet. Un travail considérable qui a permis à autant de familles de passer l’épreuve du confinement et du Covid dans de meilleures conditions.
D’autre part, l’association a pu équiper durablement les ateliers de couture, avec un apport de plusieurs dizaines de machines à coudre.

  • Ci-dessous, quelques images du making of du projet


Suivi d’un élan de générosité permettant de financer un nouveau projet

La totalité de ces bénéfices contribuera à la mise en œuvre du nouveau projet de Dessine l’Espoir : intitulé le « Jardin des savoir-faire » situé dans le village de Malanti en Eswatini. 

L’idée ? Réunir sur un même site une forêt jardin (consistant à associer des arbres qui fertilisent le sol à des cultures maraîchères) et un centre d’activité et de formation dans le domaine de l’agroécologie, de l’artisanat et de la gestion de micro-projets ouvert, en particulier, aux femmes et aux enfants défavorisés. Le « Jardin des savoir-faire » mettra à leur disposition des ateliers équipés pour la couture, l’artisanat, la transformation des produits du jardin et l’acquisition de connaissances en nutrition.

L’installation de chalets sur le site permettront d’accueillir un tourisme solidaire et d’héberger des volontaires pouvant partager leur savoir-faire. A terme ils constitueront une ressource complémentaire pour l’auto-financement du « Jardin des savoir-faire ». 

Des partenariats seront également tissés avec les écoles alentour, partenaires de l’association, pour proposer des ateliers autour de l’agroécologie, la sensibilisation à l’environnement et la nutrition. 



Réservez vite votre fleur pour concrétiser ce Jardin des Savoir-Faire !

Un projet développé par